• Un tourisme global stationnaire

    Le Salon mondial du tourisme, qui fête cette année ses 40 ans, a ouvert ses portes le 19 mars dernier à la porte de Versailles. 160 000 visiteurs y ont été attendus, pour 12 000 m2 de surface que se partageaient près de 800 exposants. La nouveauté de cette année a aussi été que Destinations Nature, un salon dédié aux nouvelles randonnées, a été racheté par l’organisateur du Salon Mondial du Tourisme et y est maintenant intégré.

    Plusieurs thèmes à explorer

    Conçu tout naturellement pour inciter à l’évasion et au voyage, le Salon de cette année a offert aux visiteurs plusieurs thèmes, traitant de toutes les formes de voyage, de la plus classique à la plus innovante. Ainsi pouvait-on notamment y trouver un espace Croisière, qui a eu toujours autant de succès chez les Français ; un espace Innovation et Tendances, qui misait sur le tourisme citadin et les nouvelles technologies. Mais aussi, un espace dédié au Tourisme de mémoire, qui mettait l’accent sur l’histoire et le patrimoine ; un espace pour l’Hébergement chez l’habitant, destiné non seulement aux voyageurs mais aussi aux propriétaires de maison d’hôtes ou de gites d’étape ; ou encore un espace City Breaks pour les séjours éclair dans les villes européennes, 6 villes européennes de l’est étant mises à l’honneur : Vilnius et Kaunas en Lituanie, Skopje en Macédoine, Sofia en Bulgarie, Zagreb en Croatie et Varsovie en Pologne.

    Les voyages longue distance en baisse

    Le Salon Mondial du Tourisme a aussi été l’occasion pour le SETO (Syndicat des Entreprises du Tour Operating) de dresser un premier bilan de la saison hiver 2014-2015. A l’ouverture du salon, ce syndicat a présenté ses chiffres, qui enregistre une nette décroissance des vols long courrier (-6% cette année), au profit des vols moyens courrier à destination principalement des Canaries, du Maroc, des Antilles et de la République dominicaine ; avec une reprise tardive sur la Tunisie et la Turquie.

    Published by:
  • La marée du siècle au Mont Saint-Michel

    Le 21 mars dernier, tous les regards se sont tournés vers le Mont Saint-Michel, où s’est produit la « marée du siècle », la marée d’équinoxe qui n’a lieu que tous les 18 ans.

    Un record d’affluence

    Plus de 32 000 personnes ont été attendues les 21 et 22 mars au Mont Saint-Michel, pour un spectacle aussi impressionnant que rare. En effet, si la marée d’équinoxe de Printemps a lieu tous les 18 ans, il est rare que le Mont Saint-Michel redevienne une île, ce qui était prévu. En plus des visiteurs, certaines personnalités du gouvernement ont été attendues sur les lieux, notamment Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, et son épouse, ainsi que Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, et son épouse, prévus arriver sur place à l’aube du 21 mars. L’événement, cette année, a été devenu largement médiatisé, d’autant plus que la prochaine marée du siècle n’aura pas lieu avant 2033.

    Un spectacle d’eau et de lumière

    Le 21 mars, la pleine mer était prévue à 19h30, le Mont lui, aurait été complètement une île entre 19h et 19h45. Le 22 Mars, la pleine mer devait avoir lieu un peu plus tard, à 20h07, le Mont serait redevenu une île entre 19h30 et 21h30. Les coefficients de marée devraient atteindre des sommets, avec un coefficient de 115 attendu pour le vendredi, et de 119 pour le samedi, le maximum de l’échelle étant de 120. La région Basse-Normandie avait aussi apporté sa contribution au spectacle. Les dernières centaines de mètres de la passerelle, les remparts et l’archange ont été illuminés pour l’occasion. Mais aussi, nouveauté pour cette année, le gué qui mène au Mont Saint-Michel, quand celui était recouvert d’environ un mètre d’eau. Il est à noter que ce gué est interdit à toute circulation (sauf pour les véhicules amphibie et les pompiers) et aux piétons, quelle que soit la hauteur de l’eau.

    Published by: